Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Loup

Loup

Retrouvez le blog de l'association Le Klan du Loup ici : www.loup.eu

Josef Kunz (UDC/Suisse) veut expulser les loups

Le conseiller national (UDC/LU) pense avoir une solution définitive au problème du loup en Suisse: expulser les spécimens étrangers dans leur pays d'origine. La fausse bonne idée...

La barque est pleine, il faut en jeter quelques-uns par-dessus bord. C'est en substance le projet de Josef Kunz, conseiller national (UDC/LU), pour résoudre le problème du loup. Drôle d'intervention dans un débat qui occupe les spécialistes depuis des mois... Dernier épisode en date: le Conseil fédéral a accepté la semaine dernière l'idée d'assouplir un peu la protection du loup. C'est désormais aux Chambres fédérales de décider s'il est pertinent de rétrograder le loup de son statut d'«espèce de faune strictement protégée» à celui d'«espèce protégée». But de l'opération: permettre aux autorités cantonales d'agir plus vite lorsque le grand canidé fait beaucoup de dégâts.

C'est donc dans cette ambiance tendue que l'UDC lucernois a déclaré dans la presse alémanique vouloir expulser les loups de Suisse. «Il faut les ramener dans leur pays d'origine. Par exemple en Italie.» Le politicien lucernois propose même des expulsions en Roumanie ou en Bulgarie, «là où les loups ont des prédateurs naturels: l'ours».

Sur quels critères ?

Joint hier par «Le Matin», il n'en démordait pas: «Entre les exploitations agricoles et les zones habitées, il n'y a pas assez de place pour les loups en Suisse.» Soit. Mais selon quels critères faudrait-il expulser les loups? Faudrait-il ne renvoyer que les criminels et garder les gentils? Un loup né sur territoire suisse devrait-il subir le même sort? «Il n'y a pas de droit du sol pour le loup, plaisante Josef Kunz. Et un gentil loup peut devenir méchant. Donc c'est toujours le même problème: il faut les expulser tous.» Visiblement, Josef Kunz n'en est pas à utiliser des arguments scientifiques pour étayer son projet...

Et pour preuve, lorsque nous l'avons interrogé sur une éventuelle méthode pour éviter que les loups expulsés ne reviennent ensuite en Suisse, Josef Kunz, gêné, avoue l'ignorer. Faudrait-il mettre des barbelés le long de la frontière entre la Suisse et l'Italie pour que les loups arrêtent de traverser les Alpes? «C'est difficile de contrôler toute la frontière. Il faut réexpulser les loups dès qu'ils reviennent.»

Reste encore à savoir comment réagiraient des pays comme la Roumanie ou l'Italie, qui doivent gérer des populations de plusieurs centaines de loups, face à une demande d'expulsion d'une Suisse qui ne compte qu'une dizaine de spécimens sur son territoire... Pour le biologiste Jean-Marc Landry, grand spécialiste du loup, c'est tout vu: «Ce genre de projets reflète surtout une grande méconnaissance du loup.»

Capturer un loup pour le relâcher ailleurs? «C'est une entreprise très difficile et très onéreuse», commence-t-il par rappeler. Pour exemple: il a fallu trois ans pour attraper la dernière louve en date. Imaginez donc s'il faut en expulser une demi-douzaine par année. Car Jean-Marc Landry en est convaincu: «Des loups vont toujours revenir en Suisse, car c'est désormais leur zone de dispersion.»

«Catastrophe génétique»

Dernier détail qui a toute son importance: les loups italiens (et donc ceux qui sont en Suisse) n'appartiennent pas à la même sous-espèce que les loups roumains... «Ce serait une catastrophe génétique que d'introduire des loups italiens en Roumanie», explique l'amoureux des loups.

Voilà donc de quoi finir de convaincre les plus récalcitrants que l'expulsion des loups ne résoudrait rien. Mais Jean-Marc Landry s'amuse tout de même de la démarche de Josef Kunz: «J'ai récemment rencontré un sociologue qui a réussi à prouver que les adjectifs que l'on collait habituellement aux étrangers sont de plus en plus utilisés pour le loup. Maintenant ce sont les mêmes méthodes qu'on rêve d'appliquer aux loups: les renvoyer en charter vers l'étranger.»

Alors, monsieur Kunz, auriez-vous un peu trop assimilé les théories de votre parti sur les étrangers criminels? «Absolument pas, rétorque l'UDC, je ne fais aucun amalgame entre les loups et les étrangers... Je n'ai jamais été contre la présence d'étrangers en Suisse.»

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :