Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Adresse

Tél : +33664864129

 

Courriel : leklanduloup(at)free.fr [remplacer (at) par @]

 

Adresse postale :

Le Klan du Loup

18 rue de la République

24210 LA BACHELLERIE

AD MAJOREM LUPI GLORIAM

30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 18:08

Contrairement aux idées reçues, le loup n’est pas l’animal sanguinaire que l’on essaie de nous faire croire. Bien au contraire, il est à mon sens un guide de la nature, un instructeur ou enseignant, Injustement diffamé et mal compris.

Grâce aux travaux de Konrad Lorenz, notre vision du loup a changé. Nous avons découvert un animal au comportement social très élaboré et qui vit en meute.

 

L’homme qui savait parler avec les mammifères, les oiseaux et les poissons… (1)

 

Konrad Lorenz, médecin psychiatre autrichien (1903-1989) est le père fondateur de l’éthologie. Il a consacré la meilleure partie de sa vie à l’étude du comportement animal et notamment social dans son milieu naturel. En tant que psychiatre, son observation de l’espèce humaine dans les tragiques années de guerre lui a aussi été instructive par dramatique comparaison. Ses recherches éthologiques sur l’ensemble des espèces animales, et également le loup, restent jusqu’à aujourd’hui la principale référence en la matière.

 

Selon Konrad Lorenz, « l’éthologiste devra se montrer prudent dans ses jugements éthiques sur le comportement animal. Je vais cependant, porter un de ces jugements entachés de sentiments : je trouve émouvant et admirable de voir que le loup ne veut pas mordre, mais plus encore de voir l’autre se fier à cette inhibition. Un animal remet sa vie à la vertu chevaleresque de l’autre !

 

L’homme devrait en prendre de la graine. J’en ai, pour ma part, tiré une nouvelle et plus profonde connaissance d’une parole magnifique et souvent méconnue de l’évangile qui n’éveillait en moi qu’un mouvement de contradiction : « si on te frappe sur la joue droite, tends lui aussi la joue gauche ». Un loup m’a instruit : ce n’est pas pour que ton ennemi te frappe à nouveau que tu devras tendre l’autre joue, mais pour qu’il lui devienne impossible de le faire !

 

Un petit louveteau rencontrant un loup adulte se roule sur le dos et présente spontanément son ventre nu de bébé ; il urine quelques gouttes garantissant son jeune âge par son odeur.

 

Entre loups adultes qui se battent, une technique permet au perdant de stopper l’agressivité du vainqueur, il suffit qu’il adopte justement cette attitude de soumission du louveteau en se couchant sur le dos et en exhibant sa gorge.

 

L’attaquant exécute alors à vide le geste de le secouer à mort, il décharge symboliquement son agressivité et assoie sa réputation de vainqueur tout en ménageant sa victime ».

 

En résumé, nous nous montrons moins cléments que les loups qui obéissent à leur instinct. L’humain qui met plus en avant son intellect que son instinct a plutôt tendance à s’acharner sur le vaincu, quel paradoxe ! Je ne dis pas qu’il faut devenir sauvage, je dis simplement qu’un petit retour à la fibre viscérale de notre être, est, dans certains cas, fondamental. Nous prenons plus des leçons de sagesse en regardant vivre les animaux que dans la plupart des livres de sagesse.

 

(1) référence au titre d’un de ses ouvrages les plus célèbres

 

Sandrine Devienne pour le Klan du Loup

  photo 992702_376169169176341_1355325446_n_zps9484fa60.jpg

Merci à Solo Frey pour la photographie d'illustration.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Sandrine Devienne - dans Ethologie lupine
commenter cet article

commentaires